Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
ArteHistoire

Le ciel "stellaire" à l'Ancien Empire; la destinée stellaire du roi dans les Textes des Pyramides, et les théories modernes

14 Août 2013 , Rédigé par Sabrina Ciardo Publié dans #Egyptologie

Le ciel "stellaire" à l'Ancien Empire; la destinée stellaire du roi dans les Textes des Pyramides, et les théories modernes

Les Textes des Pyramides sont apparus à l’Ancien Empire dans la pyramide du roi Ounas.

Gaston Maspero, en 1880, commença à ouvrir les pyramides de l’Ancien Empire et découvrit des textes sur les parois et les nomma Textes des Pyramides. Ces Textes des Pyramides se trouvent dans les pyramides des rois Ounas, Pépi I, Merenrê, Neferkarê et Pépi II. Les textes étaient inscrits sur les murs du petit vestibule d’entrée, ainsi que sur la paroi calcaire de la chambre sépulcrale qui assuraient la vie éternelle à l’âme du pharaon.

Le ciel « stellaire » à l’Ancien Empire

La division du ciel

Pour décrire ce ciel stellaire nous nous pencherons sur les Textes des Pyramides qui sont la source principale de l’Ancien Empire.
Tout d’abord nous distinguons deux plans du ciel, c’est-à-dire un ciel du Nord et un ciel du Sud.

Dans les Textes des Pyramides il est question de deux cieux au § 541c-e : […] Il a parcouru les cieux et les deux terres sont venu à N; il a marché sur la plante verte qui est sous les pieds de Geb et il a foulé les chemins de Nout. Ces deux cieux seraient le ciel du nord et le ciel du sud puisque tout au long du texte les Egyptiens en parlent, mais nous n’avons pas de mention du ciel de l’est et de l’ouest.

L’est et l’ouest sont en fait présents dans l’horizon ou plutôt les horizons au § 4a-b : Dire les paroles par Nout Nekhbet, la grande : « C’est mon fils aimé, N ; je lui ai donné les deux horizons pour qu’il s’en rende maître comme Harmakhis. » Harmakhis est le dieu soleil à l’aube et au crépuscule et il est représenté sous forme de lion, bélier, homme à tête de faucon. Ici nous pouvons justement dire que les deux horizons sont autres que l’horizon de l’est et de l’ouest. L’est pour le lever du soleil et l’ouest pour le coucher.
Les deux cieux sont séparés par le chemin du soleil. Astronomiquement par l’écliptique.

Aux §1376a-c: Les câbles de N sont noués ; ses barques sont réunies pour le fils d’Atoum, qui a faim et soif, assoiffé et affamé sur ce côté Sud du chemin d’eau tortueux. §1377a-c: O Thot, toi qui es dans la région de l’ombre de ton arbre, place N sur le bout de ton aile, du côté Nord du chemin d’eau tortueux. Le roi mort (et/ou Rê car il sera enfanté comme ce dieu par Nout), traverse de Sud à Nord un chemin d’eau. Ce chemin d’eau représenterai en fait la Voie Lactée, car le Soleil traverse celle-ci une fois par an du Sud au nord (par la constellation du Taureau) et encore 6 mois après de nord à sud (par la constellation du Scorpion).
Si la Voie Lactée divise les deux cieux, donc le ciel du nord serait la section circulaire qui inclus la Voie Lactée et le Pôle Nord, alors que celui du Sud, les Egyptiens ne le voyaient pas entièrement car son centre est autour du Pôle Sud. Davis verrait Nout dans une partie du ciel, c’est-à-dire la voie lactée.

Le ciel "stellaire" à l'Ancien Empire; la destinée stellaire du roi dans les Textes des Pyramides, et les théories modernes

Etoiles et constellations

Les Egyptiens ont pris 10 à 12 constellations dans une bande juste un peu au sud de l’écliptique et les divisent en 36 sections espacées régulièrement de sorte qu’une nouvelle apparaît (pendant qu’une ancienne disparaît) tous les 10 jours (= 1 semaine égyptienne) tout au long de l’année. Avant 2400 av. J-C, les étoiles horaires sont mentionnées pour la première fois donc au § 269a-b: Parole à dire: Ô toi qui est sur les heures, qui sont devant Rê ; prépare la voie à N pour que N passe au milieu du circuit de ceux aux visages guerroyant. Ces décans (appelés ainsi car elles apparaissent chaque 10 jours) étaient utilisés pour exprimer le temps pendant la nuit.

La moitié des décans se trouverait en effet au Sud de la Voie Lactée (entre la constellation du Sagittaire et Canis Major),

mais l’autre moitié se trouverait au Nord de la Voie Lactée (entre l’Hydre femelle et Scorpion). Davis pense que les 36 décans se trouveraient dans le ciel du Sud. Les autres constellations décanales manquantes sont à trouver, sous d’autres noms, dans le ciel du Nord où elles appartiennent vraiment.

Seulement une des constellations du Nord est identifiable : la Grande Ourse, représentée comme deux crochets ou doigts, cuisse d’un taureau ou un taureau complet.


Les textes les plus anciens contiennent plusieurs mentions des 2 herminettes ou doigts qui se battent ainsi taillent le ciel dans le § 311a-d: Le Roi confère les pouvoirs et enlève les pouvoirs, il impose un obstacle et enlève l’obstacle, et le Roi passe le jour et la nuit rendant propice les deux crochets d’Hermopolis; son pied ne doit pas être opposé et son désire ne doit pas être frustré. Concernant les deux herminettes comme nous l’avons vu la semaine passée, elles servaient à ouvrir la bouche du mort pour restituer les facultés vitales, donc cette forme ressemble à la constellation de la Grande Ourse.

Les adversaires impliqués étaient originairement un serpent géant, peut-être une forme de la Voie Lactée, et un roi divin : § 229a-c : Parole à dire: Ceci est l’ongle d’Atoum qui se trouve sur la colonne vertébrale de Nḥbw k’w qui calma l’agitation à Hermopolis ! Tombe ! Recule !

Plus tard tous ces pairs d’adversaires tendent à être assimilé à Seth et Horus, souvent représenté comme un taureau et un faucon, voir § 1543a-b: Parole à dire: « Ô toi qui a frappé mon père et tué un plus grand que lui ! Tu as frappé mon père ; tu as tué un plus grand que toi. » § 1544a-d : C’est ton père Osiris! Je t’ai frappé celui qui te frappa, comme un bœuf : je t’ai tué celui qui t’a tué comme un taureau (sm’). Je t’ai immolé celui qui t’a immolé comme ng’. Tu es sur son dos, comme celui qui est sur le dos de la bête §1545a-d : celui qui t’a terrassé, comme pdt et t’a abattu, comme šsr, celui qui t’a étendu, comme id. J’ai coupé sa tête et amputé sa queue ; son bras, ses jambes. Ainsi on pourrait identifier le faucon à tête humaine dans le ciel du nord à l’Ourse Mineure.

Les autres constellations nous pouvons les trouver dans les Textes des Sarcophages et le Papyrus Carlsberg.

Le ciel "stellaire" à l'Ancien Empire; la destinée stellaire du roi dans les Textes des Pyramides, et les théories modernes

Les 4 enfants d'Horus

Dans les Textes des Pyramides nous rencontrons les Enfants d’Horus. Donc, ce sont les 4 enfants d’Horus l’Ancien : Imséti, Hâpy, Douamoutef, Qébehsénouf. Ils représenteraient les bras et les jambes du défunt. Pour les bras nous avons Hâpy et Douamoutef, tandis que pour les jambes ce sont Imséti et Qebehsénouf.

Les bras et les jambes permettent au roi défunt de monter au ciel : § 149a-b: Tes bras sont ceux de Hâpi et Douamoutef – et quand tu désire monter au ciel, tu montes. Tes pieds sont ceux de Imséti et Qébehsénouf – et quand tu as besoin de descendre au ciel inférieur, tu descends.

Les enfants d’Horus portent le roi : § 637a-c: Horus ne te laissera pas périr : Horus a placé ton ennemi sous tes pieds ; (pour que) tu vives ; Horus t’a remis ses enfants, pour qu’ils se mettent sous toi, sans qu’aucun ne s’en aille, pour qu’ils te portent. Il le soulève et le redresse aussi. Le ciel du Sud, en effet, offrait un bel exemple d’astérisme (liaison entre étoiles) dans lequel un groupe de trois étoiles, notre Baudrier d’Orion, apparaît comme entouré de 4 autres ; il était aisé d’y reconnaître Osiris protégé par les 4 Enfants d’Horus (donc ses propres émanations).

Au § 1458a-e: N est votre quatrième. Ô dieux du ciel inférieur, les étoiles Impérissables, qui parcourez la Libye, appuyés sur leurs sceptres d’m ! N s’appuie avec vous sur le sceptre w3s et d’m, sur ordre d’Horus le patricien, Roi des dieux. On est tenté de voir dans ces Impérissables les étoiles principales de l’astérisme de Sah (baudrier d’Orion). Le défunt serait ainsi assimilé, en tant que 4ème, à l’étoile la plus forte magnitude (Riegel= Qébehsénouf) parmi les 4 qui entourent le Baudrier, et, en tant que 5ème, au Baudrier d’Orion lui-même (Osiris), entouré des 4 enfants d’Horus.

Mathieu nous cite le § 1579: Ce N est descendu pour voir le Ténébreux, votre cinquième, astres qui êtes voisins d’Orionà Osiris. Le ciel du Nord fournissait lui aussi, avec notre Grande Ourse, un magnifique astérisme susceptible d’intégrer la figure d’Osiris et celles des 4 Enfants d’Horus. Mais ici Osiris n’est pas visible.

La succession Hâpy, Douamoutef, Imséti, Qébehsénouf est majoritaire dans les Textes des Pyramides.

Et semble bien se rapporter aux étoiles entourant le Baudrier d’Orion : Hâpy, Douamoutef correspondraient à Betelgeuse et Bellatrix, tandis que Imséti et Qébehsénouf correspondraient à Saïph et Rigel. Donc si on regarde la constellation, ces 4 personnages dessineraient les bras et les jambes d’Osiris.

Bien sur l’étoile Sirius était très importante, car son levé héliaque annonçait la crue du Nil et cette étoile dans la constellation de Canis Major était identifiée à Isis.

Et bien sur nous verrons les étoiles circumpolaires, horaire, unique et du matin.

Le ciel "stellaire" à l'Ancien Empire; la destinée stellaire du roi dans les Textes des Pyramides, et les théories modernes

La destinée stellaire du roi dans les Textes des Pyramides

Le mythe de l'ascension

Le chemin que fait le roi pour atteindre les étoiles a été expliqué par Davis dans son article du mythe de l’ascension.

Tout d’abord, il est question du rituel funéraire. La purification du défunt se fait avec des prières pour préparer son entrée dans l’au-delà. Donc nous avons le nettoyage, le séchage, et des récitations de formules pars les « Suivants d’Horus » - qui étaient surement les prêtres funéraires. Il fallait rejeter l’état impur pour atteindre le statut immortel. Les textes soulignent la pureté car elle était nécessaire pour l’identification du roi avec la divinité à venir : § 829a-e : Tu seras devant ceux qui sont à tes pieds ; tu commandes ceux qui te suivent, que tu puisses perpétuer ta maison après toi, et empêché tes enfants du deuil. Ta pureté est la pureté des dieux qui sont allés vers leurs doubles, ta pureté est la pureté des dieux qui ont quitté, pour qu’ils ne souffrent pas.

Ensuite, il fallait préparer la vie dans l’au-delà. Le corps et l’âme devaient être purs avant que l’immortalité puisse être obtenue, et bien sûr la pyramide devait supporter et le culte mortuaire devait être poursuivi. La pureté du roi, son statut royal et son statut d’homme de moralité, et ses droits en tant qu’héritier des domaines de la terre étaient des raisons suffisantes pour que le roi atteigne l’horizon.
Puis, le chemin vers le monde céleste commence. Nout était un symbole du ciel entier et les Textes des Pyramides souvent assimilent l’arrivée du roi dans les royaumes célestes en atteignant le corps de Nout : § 208a-c: Tu montes, ouvres ta voie avec les os de Chou (après que) les bras de ta mère Nout t’ont enveloppé. Soit pur dans l’horizon, débarrasses-toi de ton impureté dans les lacs de Chou.. Mais le roi n’a pas tout le temps utilisé les pouvoirs de Nout, mais il utilise les siens. Par exemple il manifeste un pouvoir dans la barque solaire, cat il est en tant que fils de Rê, donc tous les pouvoirs qu’il possède dans ce cas viennent directement de sa position comme garde divine de Rê. Il faut bien sûr distinguer deux sortes de pouvoir. Le premier est le pouvoir royal à travers Rê, et le deuxième est celui de l’empire absolu dans le royaume céleste. Il est mentionné que le roi n’as pas besoin de compter sur Nout dans sa préparation pour l’ascension mais au contraire il pouvait utiliser ses pouvoirs comme mortel suprême pour atteindre l’au-delà. Il est clair que le roi a été aidé par la déesse du ciel à « assembler » ses parties. Après la mort du corps mortel, l’esprit et le corps étaient apparemment laissé divisé ou du moins pas connecté, mais à travers l’application du pouvoir maternel de Nout, le corps était reconstitué et donné la direction de l’au-delà.

Après il est question de la destination de l’âme pure. Des traces du culte stellaire dans le corpus nous mène à croire que la vie-essence du roi devait éventuellement devenir une étoile. Dans son ascension le roi entre de nouveau dans le royaume céleste divin et on lui donne l’autorité royale. Sa naissance est divine (en tant que fils d’Isis (Horus) et lors de sa mort il renaît dans le monde céleste où se trouvent les dieux.
Le roi retourne au point où l’univers égyptien est mythologiquement renouvelé, c’est-à-dire l’est, § 1960a-b : Le Roi est lié pour le côté oriental du ciel, car le Roi a été conçu là-bas et le Roi est né là-bas.

Ensuite, c’est le rituel de transmission et d’identification. Ce sont deux passages mythiques. A travers les rituels de transmission, la vie-essence du Roi était transmise de la nécropole à l’au-delà.
Le Roi peut monter, par exemple, en s’aidant des sandales de Nout. Certains passages parlent du roi montant sur de la poussière et d’autre sur un nuage. Le Roi peut aussi monter grâce à une « explosion de feu ».
Et peut utiliser la lumière du soleil comme escalier pour monter au ciel au § 751a-b : Parole à dire: Ô N ! Puisses-tu grimper et monter sur la lumière du soleil, car tu appartiens à la demi-lumière qui se trouve dans le ciel polaire. Ensuite, la ritualisation applique non seulement le procédé de transmission, mais aussi l’identification. Il s’agit d’associer une forme distincte à l’être avec une autre forme : c’est la caractéristique la plus courante dans la mythologie égyptienne. En d’autre terme, le Roi monte comme ou dans la forme d’une autre force ou d’un autre être.
§ 1303a-d : La tête de N est un vautour, il montera et s’élèvera dans le ciel. Le côté de la tête de N est le ciel étoilé d’un dieu, il montera et s’élèvera dans le ciel.
§ 1304a-d : Le front de N est […] et Noun il montera et s’élèvera dans le ciel. La face de N est Oupouaout, il montera et s’élèvera dans le ciel.
§1305a-d : Les yeux de N sont la Grande à la tête des Âmes de On, il montera et s’élèvera dans le ciel. Le nez de N est Thot, il montera et s’élèvera dans le ciel.
§1306a-d : La bouche de N est Ḫns le Grand, il montera et s’élèvera dans le ciel. La langue de N est le navigateur en charge de la Barque de la Vérité, il montera et s’élèvera dans le ciel.
§1307a-d : Les dents de N sont les Âmes, il montera et s’élèvera dans le ciel. Les lèvres de N sont […], [il montera et s’élèvera] dans le ciel.
§1308a-d : Le menton de N est Kherty, le plus en avant dans Khem (Letopolis), il montera et s’élèvera dans le ciel. Le dos de N est le taureau, il montera et s’élèvera dans le ciel.
§1309a-d : Les épaules de N sont Seth, il montera et s’élèvera [dans le ciel]. [Le mains de N sont…], il montera et s’élèvera dans le ciel.
§1310a-d : [Les doigts] de N sont Babi, il montera et s’élèvera dans le ciel. Le cœur de N est Bastet, il montera et s’élèvera dans le ciel.
§1311a-d : Le ventre de N est Nout, il montera et s’élèvera dans le ciel. [Le dos de N est Geb], [il montera et s’élèvera dans le ciel].
§1312a-d : [Les Vertèbres de N] sont les deux Ennéades divines, il montera et s’élèvera dans le ciel. Le séant de N est Ḥeket, il montera et s’élèvera dans le ciel.
§1313a-d : Les fesses de N sont la Barque du Soir et de la Barque du Jour, il montera et s’élèvera dans le ciel. Le phallus de N est Apis, il montera et s’élèvera dans le ciel.
§ 1314a-d : Les cuisses de N sont Neith et de Selkis, il montera et s’élèvera dans le ciel. Les mollets de N sont les deux Âmes qui président sur le Champ ḏr, il montera et s’élèvera dans le ciel.
§1315a-b : Les pieds de N sont les deux barques de Vérité, il montera et s’élèvera dans le ciel.
Ici le Roi prend des attributs variés des dieux et les utilise pour monter. Il peut aussi atteindre l’au-delà en tant que sauterelle ou comme l’œil divin d’Horus, mais généralement il assume la forme de l’oiseau et utilise le pouvoir de l’oiseau (souvent le faucon= lien divin avec Horus) pour monter.

D’autres formules décrivent d’autres méthodes pour l’ascension de l’âme pure. Comme par exemple en un tremblement de terre, mais il pouvait aussi utiliser une échelle.

D’autres êtres sont impliqués dans l’ascension. L’ascension était accomplie en plusieurs façons : la vie-essence du Roi pouvait être transmise au ciel, ou pouvait atteindre le ciel en utilisant les pouvoirs d’un être rituellement identifié à lui-même, ou pouvait monter au ciel avec une échelle ou un autre moyen. L’âme atteindra l’immortalité dans l’au-delà, mais de nombreuses divinités et d’habitants des royaumes célestes l’aident dans son voyage. Les suiveants d’Horus ont un lien avec le royaume terrestre. Les âmes de Pe, Nekhen et Ôn sont symboliques de ce que le Roi devient.
Les âmes d’Ôn assument plus généralement la responsabilité de l’ascension du Roi, § 1090a-f : Oupouaout lui ouvre le chemin, Chou le porte. Les âmes d’On construisent pour lui des marches pour atteindre le Haut. Nout met ses mains sur N, comme elle fit pour Osiris, au jour où il mourut.
Ensuite, le défunt arrive devant les portes célestes. Lorsqu’il atteint le ciel, la vie-essence du Roi approche les portes célestes et/ou la rivière céleste.
Un seul texte décrits l’arrivée du Roi vers les portes dans le ciel, § 1740a-c : Parole à dire: […] à la porte de la Demeure de l’Âme ; puisses-tu étendre tes mains vers eux quand ils viennent vers toi en s’inclinant.
Les Textes des Pyramides nous donnent de fragments de dialogue qui prennent place au portail, § 392a-d : Parole à dire: « Ô Elevé qui n’est pas aiguisé, Portail des Abîmes, N est venu à toi ; laisse cela être ouvert pour lui ». « Est-ce N le petit-là? » ; « Je suis à la tête des Suivants de Rê, je ne suis pas à la tête des dieux qui perturbent. »
§ 1940 : Ô Roi, ils te demanderont ton nom de toi, mais tu ne devras pas leur dire ton nom. « Qui agit pour toi ?», te diront-ils. «C’est mon successeur qui fait pour vous…cette tombe ; sa brique est installée, tu devra dire… ».
§ 520a-b : Parole à dire : Salut à toi ! Portier d’Horus à la porte d’Osiris ! Dis mon nom ici à Horus. § 521a-d : car je suis venu avec de la salive pour ce cheveu à lui, qui est malade, aux [début des] mois, qui est chauve au début des demi-mois. Le Portier parle: Puisses-tu le guérir avec la magie […] qui est parmi les dieux, dans son état parfait.
§ 1252a-f : « Ô Portier du ciel, agit contre ce messager du dieu qui sort ! S’il sort de cette porte occidentale du ciel, utilise pour lui cette porte méridionale du ciel ; s’il sort de cette porte orientale, utilise pour lui cette porte septentrionale du ciel. Le Roi arrive à la porte, par laquelle il est apparemment éclipsé, et déclare qu’il est à la « tête des suivants de Rê ». Le portier demande le nom du souverain, mais le Roi a été demandé de ne pas répondre ; le dieu ensuite demande qui a fait la préparation de l’existence immortelle du Roi dans la tombe, et le roi répond que ses successeurs le soutiennent. Apparemment, si le Roi n’a personne qui subventionne le culte funéraire après sa propre mort, l’accès lui sera refusé au royaume céleste. La « mort de l’âme » est étroitement connectée avec le succès de la vie-essence à la porte céleste, et avant que l’âme puisse périr ou être condamnée à l’éternelle errance, il semble qu’il doit tenter d’entrer. Ensuite le Roi demande à être annoncé à Horus. Un nouveau mois est arrivé, et le souverain vient avec un médicament guérissant la maladie d’Horus. Le dernier texte dans la série est difficile à interpréter, mais on comprend qu’un messager hostile de Rê veut peut-être tenter de faire du mal au défunt ou lui refuser l’entrée. En général, le Roi accédera quand même par ses droits et par les pouvoirs qu’il a. Le Roi passe sur l’échelle comme Osiris l’a fait avant lui ; il attend à la porte. Ce n’est qu’une question de procédure avant que le Roi sera également admis au plus haut cercle des dieux, pour, bien sur, ouvrir les portes.

Après, il s’agit de la rivière céleste que le roi devra traverser.
Accompagné et protégé par Horus à travers sa journée, le Roi est arrêté à la rivière comme son mentor la traverse, § 1030a-d : Ô Horus ! Prends N avec toi, vivant et durable. Ô Horus ! Ne laisse pas N sans barque. N est venu à toi, son père ! N est venu à toi, Ô Geb ! Puisses-tu donner à N ta main, pour qu’il puisse monter au ciel, auprès de sa mère Nout.
Si le Roi désire utiliser les piliers du ciel, sḫn, comme un moyen de traverser la rivière, il doit confirmer sa divinité pour les dieux, § 464a-c : Ô Dieux occidentaux ! Dieux orientaux ! Dieux méridionaux ! Dieux septentrionaux ! Ces quatre roseaux-flottants purs, que vous avez placés pour Osiris lorsqu’il monta au ciel, § 465a-c : pour qu’il puisse naviguer sur le firmament avec son fils Horus à côté de lui pour qu’il puisse le placer et faire en sorte qu’il apparaisse comme un grand dieu dans le firmament – déposez-les pour N! § 466a-b: « Es-tu Horus, fils d’Osiris? » Es-tu le dieu, le plus ancien, le fils d’Hathor? Es-tu la semence de Geb? ». § 467a-c : « Osiris a ordonné N d’apparaître comme l’équivalent d’Horus, et ces quatre esprits qui sont dans On (l’)ont écrit dans l’archive des deux grands dieux qui sont dans le firmament. » On peut supposer que les quatre roseaux sont respectivement contrôlés par les dieux des quatre quartiers du ciel. Quand Osiris souhaitait établir son fils Horus en tant que dieu, et avait besoin de passer par-dessus la rivière, ces dieux l’ont fourni le moyen. Maintenant le roi veut traverser, et les dieux enquêtent son alliance avec la figure-Horus. Le roi affirme qu’il est en effet Horus obéissant aux contraintes d’Osiris et que l’identification a été enregistrée dans la chronique divine. Dans la traversée du fleuve, la destination du Roi est un quai ou un lieu de débarquement.
Le bateau lui-même est équipé avec une cabine et est décrite comme faisant 770 coudées de long, § 1209a-c : (…) ayant une âme et apparaissant en face de ton bateau de 770 coudées que les dieux de Pe ont lié ensemble pour toi, que les dieux orientaux t’ont construit. Prends N avec toi, dans la cabine de ta barque.
Le bateau a été employé avant, par Horus et par Osiris, mais aussi par les dieux en général, § 384a-b : N est venu à toi, pour que tu puisses le transporter de l’autre côté dans la barque dans laquelle tu transportas les dieux.
Suite de formules : § 1091a-c : Ô Ḥr=f-ḥ3=f, transporte N vers le Champ des Souchets – « D’où viens-tu ? » - « N est venu de 3w3rt, mon compagnon est le serpent sorti du dieu, l’uréus qui est sorti de Rê.
§ 493a-b : Ce N est Horus ; N est venu suivant son père ; il est venu suivant Osiris. « Ô toi dont la vision est devant sa face et dont la vision est derrière sa tête, §494a-b : amène cela à moi ! » « Quel navire devrai être amené à N? » - « Apportes à N « qui vole et qui plane.
§ 1743a-b : Parole à dire: Ô toi, qui es dans le poing du passeur du Champ des Souchets ! Apporte ceci à N et transporte N !
§ 1188a-f : Parole à dire: Ô toi qui transporte le juste sans bateau en tant que Passeur du Champ des Souchets, N est considéré comme juste dans le ciel et sur la terre. N est considéré comme juste sur cette Île de la Terre vers laquelle il a nagé et est arrivé, qui est entre les cuisses de Nout.
§ 386a-b : Aucun vivant fait des accusations contre N, aucun mort qui fait des accusations contre N, aucun canard ne fait des accusations contre N, aucun taureau ne fait des accusations contre N.
§ 597a-c : Réveille-toi en paix, Ô M3-ḥ3=f, en paix ! Réveille-toi en paix, Ô toi qui est dans le ciel, en paix ! Ô Passeur du chemin d’eau tortueux, dis le nom de N à Rê, annonce N à Rê, § 598a-c : car N est lié là-bas au palais éloigné des Maîtres des doubles qui adorent Rê là dans les régions d’Horus et de Seth, comme leur dieu de ceux qui sont allé à leurs doubles. § 599a-d : Ô Rê, recommande N à M3-ḥ3=f, le passeur du chemin d’eau tortueux, pour qu’il puisse m’amener son navire qui appartient au chemin d’eau tortueux, dans lequel il transporte les dieux vers ce côté du chemin d’eau tortueux, vers le côté oriental du ciel.
§ 1191a-c : Transporte ce N vers le Champ du Beau Trône du grand dieu dans lequel il fait ce qu’il doit être fait parmi les bienheureux; il les recommande aux aliments-esprits et les assigne à la chasse des oiseaux, et c’est N qu’il recommanda aux aliments-esprits et il assigna N à la chasse des oiseaux.
§ 339a-c : Ils apportent pour N ces quatre Esprits, les Anciens qui sont devant les porteurs qui sont à la tête du côté des Bouclés, qui se trouve du côté oriental du ciel et qui s’appuient sur leurs sceptres, § 340a-d qu’ils puissent dire le bon nom de N à Rê et annoncent N à Nḥbw-k3w, pour que mon entrée soit accueillie. Les Champs de Souchets sont remplis (d’eau), et N navigue à travers le chemin d’eau tortueux; § 341a- c : N est transporté sur le côté oriental de l’horizon, N est transporté sur le côté oriental du ciel, et ma sœur est Sothis, ma progéniture est l’étoile du Matin. Il est possible que les 4 esprits, dans le dernier passage, peuvent être les membres de ce groupe connu comme « les Etoiles Impérissables ».
§ 1221a-e : Parole à dire: Ô toi quatre qui sont devant les Bouclés, comme vos boucles sont derrière vos tête, à vos fronts dansent vos tresses § 1222a-d : apportez cette barque à N, apportez cette cargaison à N. C’est Ḥqrr qui les transporte vers N en compagnie de M3-ḥ3=f. Il traversera vers ce côté où sont les Etoiles Impérissables, pour que N puisse être parmi eux. Les Etoiles Impérissables semblent habiter la rivière opposée du Roi. Le Roi demande à être annoncé à Rê par ces esprits.
Dans la mythologie solaire, le voyage vers l’immortalité était presque complet quand le bateau touchait les rivages de l’Au-delà.

Pour finir le roi devait être reconnu. Une fois que le Roi a demandé l’entrée par la porte ou par la rivière et que celui-ci a été accepté, l’entrée dans l’Au-delà lui était accordée.
Un passage décrit l’admission finale du Roi, § 279a-d : Les deux bornes frontières seront réunies ensemble, les rives seront réunies ; les chemins seront impraticables pour voyager, les escaliers seront détruits pour ceux qui veulent monter. Place la corde correctement, traverse la Voie Lactée, frappe la sphère dans le pré d’Apis! § 280a-c : Oho! Tes champs sont dans la peur, ton étoile-i3d , devant le Pilier des Etoiles, car elles ont vu le Pilier de Kenzet, le Taureau du ciel, et le Troupeau de Bœuf est débordé devant lui. §281a-b : Ho! Craint et tremble, les violents qui sont sur les nuage orageux du ciel! Il ouvre la terre par les moyens de ce qu’il savait au jour quand il souhaitait venir de lৠ282a-c : – alors dit Wr-sk3t qui habite l’Au-delà. Vois, elle vient à ta rencontre, la Belle de l’Occident, te rencontrant avec ses belles tresses, et dit: « Ici vient celui que j’ai enfanté, § 283 a-b : dont sa corne est honnête, le pilier de l’œil-peint, le Taureau du ciel! Ta forme est notable; passe en paix, § 284a-c : car je t’ai protégé » - alors dit le Belle de l’Occident au Roi. « Va, rames dans le Champ d’Offrandes et voyage vers Lui qui est sur sa plante-q3t »
Le Roi peut avoir été admis par le portier, mais les textes suggèrent que les dieux supérieurs lui permettent d’entrer, § 604a-f : Parole à dire: Noun a recommandé N à Atoum. Les Bras-ouvert a recommandé N à Chou, pour qu’il fasse là-bas que ces portes du ciel soient ouvertes pour N, sauf les hommes (communs) qui n’ont pas de nom. Prends N par sa main et emmène-le au ciel, pour qu’il ne meure pas sur terre parmi les hommes.
Certains passages indiquent qu’Horus ouvre la voie pour lui, § 1048a-d : Ô N ! Libre cours t’est donné par Horus, tu brilles comme l’Etoile Unique au milieu du ciel; Tu as grandi des ailes comme un faucon au grand corps, comme un épervier vu dans la nuit traversant le ciel.
Le Roi est lié aux « conclaves de l’horizon », irty, et il entend là-bas le jugement du dieu Rê. Le dieu lui-même est informé par Sia, un dieu de la raison et de la connaissance et gardien des archives royales, qui annonce à Rê, § 267a-d : Parole à dire: C’est N qui est sur les esprits, qui unis les cœurs – alors dit celui qui est en charge de la sagesse, étant grand, et qui porte le livre du dieu, (même) Sia qui est à la droite de la main de Rê. Après être annoncé, le Roi demande à Rê l’acceptation finale.
Nous avons plusieurs versions de la demande du Roi, mais je vous en montre qu’une. § 327a-c : Parole à dire: N’ignore pas N, Ô Dieu; Si tu connais N, N te connaitra. <N’ignore pas N, Ô Dieu; De N est dit: « Lui qui a péris. »>
En général, le Roi doit avoir accepté le dieu, § 499a-c : (…) et N te dis le nom de tes « Grands Flots qui vinrent du Grand ». N ne sera pas aveugle s’il sera mis dans l’obscurité, N ne sera pas sourd même s’il n’entend pas ta voix; § 500a-d : prends N avec toi, avec toi, (même N) qui écarte les orages pour toi, qui disperse les nuages pour toi, et qui arrête la grêle pour toi. N fera pour toi louange sur louange, N fera pour toi adoration sur adoration; puisses-tu me placer par-dessus la déesse Vautour. Rê finalement accepte le roi. Après l’acceptation par Rê, le Roi est fermement établit dans l’Au-delà et l’ascension est complète.

Religion stellaire

Il est bien connu que les Egyptiens Antiques ont pris un grand intérêt dans les étoiles, non seulement en les observant à des fins pratiques comme pour déterminer le temps et les saisons, mais aussi en écrivant les plans d’étoiles et des tables dans les sarcophages et tombes au moins depuis le Moyen Empire. On a aussi réalisé que derrière ceci repose une très ancienne couche de la religion stellaire, dans laquelle les étoiles étaient considérées comme des dieux ou des âmes des morts. Voyons la relation du Roi avec les étoiles en général ou à des étoiles spécifiques ou encore à des constellations.

Les étoiles comme dieux : A part les divinités stellaires très connue comme Orion et Sirius, les étoiles elles-mêmes sont considérées comme des dieux dans le passage suivant : § 1080a-d : N est dos à dos avec ces dieux dans le nord du ciel, Les Etoiles Impérissables; (donc) N ne périra pas – Les Infatigables, (donc) N ne sera pas fatigué – qui ne peut pas être traîné dehors (de l’eau), (donc) N ne sera pas traîné dehors.

Le roi mort devient une étoile : §1455a-c : N est une étoile qui illumine le ciel, N monte vers le dieu pour qu’il soit protégé, car le ciel ne sera pas privé de N et cette terre ne sera pas privée de N pour toujours. Et bien d’autres formules.

Le roi est autoritaire sur les étoiles : § 1143a-b : N gouverne les dieux pour lui, N commande la barque divine du dieu pour lui. N prend possession du ciel, ses piliers et ses étoiles § 1144a-d : Les dieux viennent à lui s’inclinant, les esprits servent N, à cause de son pouvoir; ils ont détruit leurs sceptres et brisé leurs armes.

Les étoiles circumpolaires assistent le Roi. § 2183a-c : […] que tu sois pur ainsi comme un dieu. Monte comme font les messages de Rê, car ta main sera prise par les Etoiles Impérissables et [tu] ne pourra pas [périr…]

Le roi devient une des étoiles circumpolaires : § 2102a-b : ils t’apportent ton nom d’«Etoile Impérissable » et tu ne périra jamais ni sera détruit.

Le roi a l’autorité sur les étoiles circumpolaires. § 1220.

Les étoiles infatigables : § 1171a-d : Soit pur; occupe ton siège dans la Barque de Rê, rame à travers le ciel et monte dans les Lointains; rame avec les Etoiles Impérissables, navigue avec les Etoiles Infatigables.

Orion. § 1717a-c : qu’un escalier allant vers l’Au-delà soit placé pour toi à l’endroit où se trouve Orion, puisse le Taureau du ciel prendre ta main, puisses-tu manger la nourriture des dieux.

Orion et Sothis. § 819a-c : Ce Grand est tombé sur son flanc, lui qui est dans Nedit est tombé. Ta main est saisie par Rê, ta tête est relevée par les deux Ennéades. Vois, il est venu comme Orion, vois, Osiris est venu comme Orion, § 820a-e : Maître du Vin à la fête W3g. « Mon Bon ! » dit sa mère; – « Mon Héritier ! dit son père, lui dont le ciel conçu et l’aube porta. Ô N, le ciel te conçoit avec Orion, l’aube te porte avec Orion. § 821a-c : Lui qui vit, vit sur l’ordre des dieux, et tu vis. Tu montera régulièrement avec Orion depuis la région orientale du ciel, tu descendra régulièrement avec Orion dans la région occidentale du ciel, § 822a-c : votre troisième, c’est Sothis pure des trônes, et c’est elle qui vous guidera les deux vers les beaux chemins qui sont dans le ciel dans le Champ des Souchets. Le roi, Orion et Sothis forment une triade.

Sothis toute seule. § 632a-d : Ta sœur Isis vient à toi se réjouissant d’amour pour toi. Tu l’a placée sur ton phallus et ta semence monte en elle, perçante comme Sothis, comme Ḥar-Sopd est venu de toi comme Horus dans Sothis. Osiris met Isis enceinte et allusion au triangle que forment Orion, Sothis et Horus.

Sothis et l’étoile du matin. § 929a-b : N est juste de voix et le ka de N est juste de voix; Sothis est la sœur de N, l’Etoile du Matin est sa progéniture.

L’étoile du Matin. § 132a-b : N fut conçu dans la nuit et naquit dans la nuit, il appartient aux Suivants de Rê qui sont devant l’Etoile du Matin.

L’étoile du matin et la lune. § 1001a-c : N se trouve parmi eux, car la Lune est mon frère, l’Etoile du Matin est sa progéniture; met ta main sur N, pour qu’il puisse vivre.

Le roi et l’étoile unique. § 251a-d : Ouvre ta place dans le ciel parmi les étoiles du ciel, car tu es l’Etoile Unique, le compagnon de Ḥu; regarde sur Osiris quand il gouverne les esprits, car tu te trouves loin de lui, tu n’es plus parmi elles et tu ne devras pas être parmi elles. Il est indépendant.

Pour résumé brièvement, nous trouvons deux couches distinctes dans les passages cités avant. Une partie concerne entièrement les étoiles circumpolaires et le ciel nordique, qui apparaît comme la demeure des morts où les trajets du roi sont le départ dans ce monde. Les étoiles sont les âmes des morts, dans ce cas celle du mort royal.

L’autre partie est entièrement concernée par la constellation d’Orion et l’étoile Sothis, l’étoile du matin et l’étoile unique, avec la mention de la Lune. Dans quatre passages Orion est aussi un compagnon d’Osiris ou est identifié à Osiris ; autrement Orion aide le roi et est rejoins par lui, faisant avec Sothis le trio stellaire ; le Roi devrais ainsi être pensé comme un partage de la responsabilité du réglage du temps et des saisons.
Sothis est aussi associé à Osiris ; § 965a-c : C’est Sothis est ta fille aimée qui prépare ta substance annuelle en son nom d’« Année» et qui guide N quand il vient à toi. C’est probablement elle qui est décrite comme sa fille qui en son nom de l’Année prépare sa nourriture et guide le Roi en sa présence ; ce nom d’Année dérive probablement du fait que le levé héliaque de Sothis marque le début de l’année agricole.
Souvent, l’étoile du matin est la progéniture du Roi, encore parfois le Roi est l’étoile. L’étoile du matin est aussi priée d’aider le roi à aller dans le ciel.
La lune, qui est décrite tout comme le frère du roi tout comme son père, est mentionnée seulement trois fois dans les Textes des Pyramides, toujours dans le concept impliquant l’étoile du matin.
L’étoile Unique est le roi lui-même.

Pour résumer, on peut assimiler cette ascension à la destinée d’Osiris : d’abord il meurt, ensuite pour ressusciter dans l’au-delà le défunt devait comme Osiris avoir le corps préservé. Puis, le corps d’Osiris-défunt une fois reconstitué, ce dernier quittait la terre et montait au ciel rejoignant sa mère Nout. Elle lui indiquait le chemin de l’horizon, là où se trouve Rê. En tant que mère d’Osiris, elle le porte puis lui redonne vie. Le défunt réapparaît alors, tel une étoile, à l’est. En gros après 70 jours, le pharaon renaissait sous forme d’étoile, à l’est du ciel, dans les heures du soleil levant. En d’autres termes, le pharaon devenait une étoile qui effectuait son lever héliaque après être demeurer invisible pendant 70 jours. Il prenait place entre Sirius et Orion.

Le ciel &quot;stellaire&quot; à l'Ancien Empire; la destinée stellaire du roi dans les Textes des Pyramides, et les théories modernes

Théories modernes

Les théoriciens modernes pensent que les Egyptiens ont utilisé l’emplacement des étoiles pour construire les pyramides. Par exemple, Sélim Hassan, Robert Bauval et Gilbert ont traité ce sujet en se concentrant sur les ouvertures, les puits des pyramides qui selon eux pointaient vers des étoiles bien précises qui sont nommées très souvent dans les Textes des Pyramides.

Sélim Hassan fut le premier à considérer un lien entre les pyramides et les étoiles. Samuel Mercer, Virgina Trimble, Alexander Badaway et plusieurs autres archéologues s’engouffrèrent dans cette brèche au cours des décennies qui suivirent.

Alexander Badaway affirmait notamment que le soi-disant conduit d’aération de la chambre du Roi dans la pyramide de Chéops serait orienté vers les étoiles circumpolaires et vers le Baudrier d’Orion.

Selon Bauval, l’emplacement de la pyramide sous une étoile précise serait le but pour assister le roi dans son ascension au ciel. Comme les Textes des Pyramides présentaient une sorte de religion stellaire où le roi devenait une étoile et que son âme céleste devait être établie dans étoiles méridionales d’Orion et Sirius et dans les étoiles septentrionales (circumpolaires) qui incluaient les trois étoiles circumpolaires de la Grande Ourse, la Petite Ourse et Dragon. Ensuite la structure de la pyramide était premièrement un instrument de renaissance pour le roi (forme qui pointe vers le ciel).
Il y a 4 puits étroits dans les Grandes Pyramides du plateau de Gizeh. 2 étaient orientés au nord et 2 autres au sud qui partaient de la chambre du roi et de la chambre de la reine. Au tout début on pensait qu’il s’agissait de puits pour permettre l’aération des chambres, mais aujourd’hui on pense qu’elles servent à des fins religieuses qui servaient, en fait, à permettre à l’âme du défunt de sortir pour accéder aux étoiles.
Nous savons que dans les Textes des Pyramides, les étoiles septentrionales et les étoiles méridionales étaient essentiellement des aspects des rituels de renaissance et directement relié à une destinée stellaire du roi défunt.
La région septentrionale concerne la Grande Ourse, Ourse Mineure, Dragon. La dernière constellation a une étoile principale : Alpha Draconis qui est considérée comme l’étoile Polaire de l’âge des Pyramides.
La région méridionale concerne Orion, Canis Major (qui contient Sirius). A celles-ci, il faut ajouter la constellation du Taureau, incluant l’étoile Hyades.
Une des cérémonies était l’ouverture de la bouche pendant laquelle Horus et ses 4 enfants viennent dans la chambre où la momie du roi se trouvait et avec des instruments crochus, ils ouvraient la bouche d’Osiris-roi pour le faire renaître. Cette cérémonie a une connotation astrale qui est liée aux étoiles circumpolaires. Ces deux instruments ressemblaient en fait aux constellations de la Grande Ourse et la Petite Ourse. Un autre rituel de la naissance symbolique du nouveau Horus avait une connotation stellaire à Horus qui est dans Sirius-Isis.
La Petite Ourse ou le crochet céleste d’Horus était aussi connu sous le nom de couteau d’Oupouaout.

Ensuite, les pyramides avaient un nom qui faisait référence aux étoiles. « Djedefra est une étoile Sehed » et « Nebka est une étoile ». Edwards nous donne une traduction du nom de la pyramide de Cheops : « Khufu est celui qui appartient à l’horizon ».

Une théorie très importante est celle de la corrélation d’Orion qui propose une corrélation des 3 pyramides de Gizeh avec la ceinture d’Orion (Almitak, Alnilam, Mintaka). La position et la taille de ces pyramides ressemblent à celles de la ceinture d’Orion par la brillance de ses étoiles. Le Nil représenterait la Voie Lactée. En 1994, Bauval associe ses pyramides au Baudrier mais avec un léger décalage. Les Egyptiens auraient voulu représenter la carte du ciel sur le sol égyptien.

Un autre théoricien, Georges Vermard, associerait les 4 étoiles d’Orion qui forme un quadrilatère aux 4 angles de la pyramide de Chéops. Il affirme aussi que les données mathématiques correspondraient à la constellation d’Orion et l’étoile Sirius.

Malek lui, nous dit en plus que 7 pyramides seraient orientées selon 7 étoiles précises. 2 pyramides de Snefru (Romboïdale et Rouge), 3 pyramides de Gizeh (Khufu, Khephren, Menkaure), Radjedef (Abou Roash), Khnemka ( ?) (Zawiyet el-Aryan). Bauval en conclu que toutes les pyramides ensemble (d’Abou Roash jusqu’à Dashour avec le complexe de Gizeh comme centre) sont une projection de la constellation d’Orion et le Nil représente la Voie Lactée.

Toutes ces hypothèses ne peuvent pas êtres confirmées car il n’y a aucun texte qui le prouve.

Le ciel &quot;stellaire&quot; à l'Ancien Empire; la destinée stellaire du roi dans les Textes des Pyramides, et les théories modernes
Le ciel &quot;stellaire&quot; à l'Ancien Empire; la destinée stellaire du roi dans les Textes des Pyramides, et les théories modernes

Pour conclure, à l’Ancien Empire, nous voyons la base de la religion stellaire se construire dans les Textes des Pyramides, mais aussi les Egyptiens observaient les étoiles pour positionner à un certain endroit précis les pyramides qui avaient elles aussi un lien stellaire grâce à l’ouverture des puits. De plus, les étoiles servaient à des fins agricoles comme pour la montée du Nil lors du levé héliaque de Sirius.

Bibliographie

B. MATHIEU, « Les enfants d’Horus, théologie et astronomie », ENIM 1, 2004, pp. 7-14.

E. HORNUNG, Les Textes de l’au-delà dans l’Egypte ancienne – Un aperçu introductif, Monaco, 2007, pp. 13-25.

H.BERGMANN et F. ROTHE, Der Pyramiden-Code, Munich, 2003.

J. MALEK, «Orion and the Giza Pyramids», DE 30, 1994, pp. 101-114.

K. GADRE, «Constitution d’une base de données AstroEgypto », http://www.culturediff.org/astroegypto1.htm , 09. 10. 12.

R.G. BAUVAL et A.G. GILBERT, « The Adze of Upuaut – The Opening Of The Mounth Ceremony And The Northern Shafts In Cheops’s Pyramid», DE 28, 1944, pp. 5-13.

R.G. BAUVAL, « The horizon of Khufu. A «stellar» name for Cheop’s Pyramid», DE 30, 1994, pp. 17-20.

R.G. BAUVAL, «Logistics of the Shafts in Cheops’ Pyramid», DE 31, 1995, pp. 5-13.

R.O. FAULKNER, The Ancient Egyptian Pyramid Texts, Oxford, 1969.

R.O. FAULKNER, « The King and the Star-Religion in the Pyramid Texts », JNES 25, 1966, pp. 153-161.

V.L. DAVIS, «Identifying Ancient Egyptian Constellations», JHA, 14, 1985.

W.M. DAVIS, «The Ascension-Myth in the Pyramid Texts», JNES 36, 1977, pp. 161-179.

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article