Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
ArteHistoire

Les joueurs de cartes et diseuse de bonne aventure de Nicolas Regnier

13 Janvier 2014 , Rédigé par Sabrina Ciardo Publié dans #Histoire de l'art

Aujourd'hui je vous propose de découvrir une oeuvre se trouvant au Musée d'Art et d'Histoire de Genève. Il s'agit du tableau de Nicolas Regnier (1550-1667), un peintre français: Les joueurs de cartes et diseuse de bonne aventure, réalisé en 1620. Cette huile sur toile mesure environ 2 mètres sur 1,5 mètres. Le tableau se trouvait dans le dépôt de la République de Genève en 1974.

L'oeuvre de cet artiste se caractérise par le style caravagesque à cause du fond sombre sur lequel les personnages se détachent et par le clair obscur très prononcé.

Le sujet représenté est une scène de genre représentant cinq joueurs de cartes, un personnage caché dans le noir et une diseuse de bonne aventure qu'un homme consulte au fond du tableau.

Par le format très grand, des personnages représentés très prêt et une scène de genre qui représente la vie des gens à l'époque, permet au spectateur de s'intégrer à la scène.

Le centre d'intérêt sont les joueurs de cartes et la diseuse de bonne aventure, comme le titre du tableau nous l'indique. Cette scène est un moment précis de la vie de tous les jours. Le regard circule de gauche à droite: d'abord la femme en rouge, ensuite l'homme en jaune et pour finir la diseuse de bonne aventure.
Les lignes de forces sont les obliques, les courbes et les contres-courbes, ce qui permet de donner une douceur dans les gestes des personnages. Le sujet est compris dans un ovale, ainsi qu'un triangle, par conséquent ces formes géométriques permet de concentrer le regard du spectateur au milieu de celles-ci.
Le dynamisme du sujet est représenté par les mouvement et les gestes des personnages.
Un certain déséquilibre est ressenti, car le tableau est plus plein sur la droite.

L'espace est tridimensionnel, grâce aux trois plans, les ombres, les drapés, la table et la perspective. Un point de fuite a été placé sur l'angle de la table et la profondeur est réalisé par le traitement de la couleur ainsi que les différents plans.

La lumière vient de gauche, mais la source n'est pas visible.
La moitié des visages sont éclairés ainsi que la partie supérieure du corps, sauf pour les deux personnages au premier plan où l'on voit tous leurs habits éclairé (surtout la femme en robe rouge).
Cette lumière est douce, chaude, artificielle et très contrastée, créant ainsi des effets de clair-obscur.
Ce genre de lumière est typique du style caravagesque ce qui permet de rapprocher les personnages au spectateur.

Les couleurs ont une dominante chaude, mais on peut aussi apercevoir du bleu, du blanc, du beige et du gris. Les couleurs qui ressortent le plus sont le rouge, le jaune, le brun et le noir.
La plupart de ces couleurs qui attachent l’œil au tableau sont des couleurs primaires, donc des couleurs assez vives, mais cela ne crée pas de contrastes violents.
Ces couleurs sont réalistes, ce qui est normal pour la période dans laquelle l'oeuvre a été réalisée (période baroque), car à cette époque les personnes portaient ces couleurs et le Nicolas Regnier a voulu les représenter dans sa scène de genre.

Le tracé est visible, les contours sont marqués et nets. La caractéristique des lignes sont des courbes et des lignes brisées. Les objets et les sujets sont délimités par le noir, ce qui est typique du style caravagesque.

La peinture n'as pas de trace de pinceau, c'est une peinture lisse (touche léchée) et est posée d'une manière régulière et contrôlée avec des effets de transparence, évitant ainsi tout effets de matière.
La touche se veut la plus réaliste possible pour que les personnages soient le plus réel possible et pour que le spectateur se sente proche du tableau, de la scène.

L'artiste a voulu montrer une scène d'une certaine journée du 17ème siècle, mélangeant les classes sociales: des soldats, deux femmes, deux hommes et une diseuse de bonne aventure. Dans le fond du tableau il est possible d'entrevoir le visage d'un homme qui se cache dans le noir. Ce que l'on peut se demander sur ce dernier personnage est ceci: l'artiste ne s'est-il pas représenté lui-même dans cette scène de genre?
Ensuite, la femme au premier plan montre ses cartes comme comme pour inviter le spectateur à se joindre à la partie de cartes, quant à la diseuse de bonne aventure est un peu mise à côté avec son client par rapport au groupe autour de la tale.

Nicolas Regnier, Joueurs de cartes et diseuse de bonne aventure, 1620. Huile sur toile. 2m x 1,5 m. Musée d'Art et d'Histoire, Genève.

Nicolas Regnier, Joueurs de cartes et diseuse de bonne aventure, 1620. Huile sur toile. 2m x 1,5 m. Musée d'Art et d'Histoire, Genève.

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article